Colosses série 1
Colosses série 1
Colosses série 1
Colosses série 1
Colosses série 1
Colosses série 1

Les Colosses, 2018
(le Colosse Girafe, le Colosse Crabe, le Colosse Canard, le Colosse Eléphant, le Colosse Biche, le Colosse Méduse)

Série de 6 dessins muraux
Techniques mixtes
Peinture acrylique et marqueurs peinture sur panneau de contreplaqué peint
Taille du panneau : L 180 cm x H 250 cm
Production : FRAC Occitanie Montpellier
Partenariat avec La Chartreuse CNES de Villeneuve-les-Avignon

Vues d’exposition, mars 2018, Le lisse et le strié, Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon

 

Les Colosses sont des hybrides d’inanimé et de vivant, mi-architecture mi-animal

Ils sont le fruit d’une rêverie poétique et surréaliste où les architectures industrielles qui dominent le paysage (silos à grains, réservoirs…) seraient en mesure de se déplacer de manière autonome.

Le processus de construction est simple. Les images qui vont constituer les Colosses sont sélectionnées dans l’infini réservoir de l’internet global. Des photomontages sont ensuite réalisés à l’aide de Photoshop qui seront à nouveau transformés par le geste pictural directement sur le mur.

C’est la forme de l’architecture industrielle, de préférence un portrait des Becher, qui détermine le choix de l’animal. Au déni de toute échelle réelle et en fonction de son ressenti, l’artiste fait fusionner les pattes avec les murs, créant ainsi un corps particulier, une entité certainement doté de personnalité. Tout contexte géographique qui permettrait de la localiser disparaît, afin de lui laisser la possibilité d’une plus grande universalité.

Le trait propre à l’artiste permet à la fois l’unification d’éléments d’origines éloignées, et l’ancrage de l’image dans une nouvelle matérialité hors écran, qui pourrait s’apparenter à un aller progressif vers la réalité.
La taille des Colosses est déterminée par leur support, ici la feuille, là le mur, mais le principe même de leur conception leur permettrait d’être beaucoup plus grands dans un autre contexte, à l’échelle d’une façade d’immeuble par exemple. Ils deviendraient ainsi réellement colossaux et prendrait enfin corps dans le paysage.

Avec cette série qui ne cesse de s’agrandir et dont le potentiel pourrait sembler infini, l’artiste questionne l’image à l’heure de sa libre circulation et notre capacité à rêver. Les Colosses évoquent l’espace flottant de la pensée, la liberté d’assembler des images et des idées. Une utopie peut-être ?

 

Lien vers le time lapse de la réalisation du Colosse Méduse : https://chartreuse.org/site/le-lisse-et-le-strie

Colosses série 1

  • Dessins, Photos, Peintures, Sérigraphies & Vidéos
 
 
Back to top