Photomontage pour Le jardin aux sentiers qui bifurquent, mise en scène pour simuler l’échelle des œuvres à venir sur le Sentier 5, juillet 2020

Croquis pour Le jardin aux sentiers qui bifurquent, une promenade dans le « jardin rêvé », février 2021

Croquis et réflexions matériologiques autour de l’agrandissement de Louve (S1) -> Luciole (S4) -> Venus (S5) ?, et du Serment (S1) -> Serpent de mer (S3) -> Hippocrate (S5) ?, février 2021

Le Jardin aux Sentiers qui bifurquent est un processus de création en cours, multipolaire et global qui permet, par la pratique plastique, de faire émerger des formes qui découlent d’une part d’un dialogue permanent avec les matériaux glanés ou achetés, et d’autre part d’un lieu atelier qui détermine l’échelle des créations, intimes ou monumentales et auquel est attribué un numéro de «sentier».
Le nom même du projet fait référence à l’œuvre de Borges qui questionne notre rapport à l’espace et au temps, et qui nous perd dans la ramification des possibles d’un même événement. C’est aussi un hymne au vivant, à sa capacité à rebondir, à bifurquer, à se réinventer sans cesse en créant de nouvelles «branches». J’imagine aujourd’hui un jardin où l’on pourrait se perdre, un méandre aux détours duquel, en écartant une branche, une feuille ou une fleur, le promeneur pourrait faire la rencontre d’une œuvre, minuscule ou gigantesque et qui ferait écho en lui à des formes oubliées, à des formes à venir.
Les Sentiers 1, 2, 3 et 4, révélés lors de résidences artistiques récentes entre août 2019 et juillet 2020, ont ainsi permis la création d’un corpus d’une soixantaine d’œuvres hybrides et sensibles, qui se font écho et qui évoquent tour à tour un récit des origines, la sculpture moderne et une façon de penser contemporaine. Un Sentier 5 devrait voir le jour en 2021.

———————————————————————————————————————

Le jardin aux sentiers qui bifurquent, Sentier 5

  • Planches Projets
 
 
Back to top